Le prédicateur turc Fethullah Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis depuis 1999, appelle à la mise en place d’une commission d’enquête internationale sur le putsch manqué du mois dernier en Turquie, dans une tribune à paraître dans l’édition du Monde datée de samedi.

La Turquie a lancé un mandat d’arrêt à son encontre, l’accusant d’avoir été l’instigateur de la tentative de coup d’Etat militaire avortée du 15 juillet.

Fethullah Gülen, qui « rejette catégoriquement » une nouvelle fois les accusations des autorités turques, juge nécessaire la création d’une commission d’enquête internationale, l’indépendance de la justice turque n’étant selon lui pas garantie.

Evoquant un système judiciaire « sous la tutelle du pouvoir » depuis octobre 2014 (le président Recep Tayyip Erdogan a été investi en août 2014, NDLR), Fethullah Gülen estime que « la probabilité d’obtenir un procès équitable est donc quasi nulle ».

« Je demande qu’une commission internationale indépendante mène les investigations sur cette tentative de coup d’Etat », écrit le prédicateur.

« Si le dixième des accusations dirigées contre moi sont établies, je m’engage à retourner en Turquie et à subir la peine la plus lourde », poursuit-il en promettant sa « collaboration totale » aux autorités turques.

Selon des propos du ministre de l’Intérieur turc Efkan Ala rapportés fin juillet par la chaîne CNN Turk, plus de 15.000 personnes, dont plus de 10.000 militaires, ont été interpellées à la suite de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet.

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)